PODIUMS des MUNICIPALITES

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Home Les palmarès Palmarès 2009

Palmarès 2009

Envoyer Imprimer

PALMARES 2009



Bondues et La Madeleine au faîte des communes « attirantes »

par Jean-Luc DECAESTECKER


Initiés depuis 1996 par les associations ODIS et ESC, les Podiums des Municipalités analysent les communes de plus de 10 000 habitants de la région en fonction de leurs performances en services restitués, en management et en gestion, pour en dégager les plus « attirantes » : sur le podium 2009, Bondues, Roncq, Seclin pour celles comprises entre 10 000 et 20 000 habitants, La Madeleine, Marcq-en-Baroeul, Mons-en-Baroeul pour les plus de 20 000 habitants.

 

 

Des élus tout sourire après avoir reçu leur « diplôme »



Nos communes sont-elles bien gérées ?

Les associations ODIS, « Observatoire de Dirigeants de l'Industrie et des Services », et E.S.C., « Entreprise, Société et Convictions », viennent d'en récompenser les meilleures selon elles pour leur attirance sur la base de leur performance en services restitués, en gouvernance et en gestion, accédant ainsi aux marches du « Podiums des Municipalités ». Les lauréates ont reçu leurs diplômes, sous cadre aux couleurs or, argent et bronze, en décembre dernier lors du vingtième anniversaire de la première citée fêté à l'auberge de la Garenne à Marcq-en-Baroeul.

Les organisateurs. C’est en 1986-87, que François Deboosère, à la demande Bernard Doublet - à l'époque président de ESSOR-MPI, rattaché à la CRCI – développait avec sa structure de formation pour les entreprises de taille modeste (CFCETM-ODIS) les premiers « cercles de décideurs ». Au changement de présidence, une scission se produisait entre ESSOR-MPI et ODIS. Cette dernière poursuivait auprès des décideurs ses objectifs de réflexion, de formation et de partage de leur vécu entrepreneurial.
L’association ODIS que préside aujourd’hui Gaétan Deblacquer, regroupe des chefs d'entreprises patrimoniales et des cadres décideurs. Elle compte une cinquantaine de membres répartis en équipes sur la métropole lilloise qui se réunissent quelque dix fois l'an avec la volonté de favoriser le progrès individuel dans une démarche collective. Egalement, à l’occasion de plénières, des invités réputés sont accueillis autour de tables rondes.
Entreprise, Société et Convictions est une association créée dans la mouvance de la première par quelques acteurs de la vie économique regroupés autour de valeurs telles que le service du Bien Commun, du Bon Sens et de l’application du « principe de subsidiarité », notamment dans la gestion de la Cité. Dans ce cadre, à l'origine, elle réalisait de façon bénévole depuis 1996 des analyses sur les comportements comptables, financiers et fiscaux des principales communes de l'arrondissement de Lille pour les étendre en 2007 à l'ensemble des communes de plus de 10 000 habitants de la région et leur groupements (111 entités traitées cette année). Grâce au travail de création et de gestion de bases de données en ligne, réalisé par deux étudiants de Centrale Lille, elles bénéficient depuis 2007 de données enrichies grâce au « reporting » sur chaque commune, au prorata de sa population, des données de l'Etablissement Public de Coopération Intercommunale (EPCI) à laquelle elle est rattachée (communauté urbaine ou d'agglomération, groupement de communes).

Longtemps « confidentielles » avec édition papier sur demande, ces analyses se sont mises à l'heure d'Internet et sont consultables sur le site www.esc59.org.

Les critères retenus. Pour analyser l'action des communes réparties en deux catégories, les plus de 10 000 et moins de 20 000 habitants (51 dans la région) et les plus de 20 000 habitants (31 hors Lille analysée avec les villes françaises de même taille), l'étude s'appuie sur des ratios selon la méthodologie du ministère des Finances. Ensuite, l'indice 100 « gestion » est calculé à partir de 6 ratios du budget général ( dépenses de fonctionnement, dépenses d'investissement, dette totale en capital...) établies sur quatre derniers exercices connus. Les communes sont situées de part et d'autres du ratio national donné par le ministère des Finances et de la moyenne régionale calculée par le logiciel. L'indice « management » (ou gouvernance) s'appuie sur le résultat de la dernière élection municipale et le quorum obtenu lors de l'approbation des comptes administratifs par les conseillers. L'indice « service » résulte du calcul du rapport entre la contribution financière des administrés au budget communal et la restitution que leur fait la commune sous forme de services et d'équipements.

Au final, le traitement de ces trois indices de performance - en attendant la prise en compte d'un indice sécurité des personnes et des biens, difficile à modéliser faute de données précises - aboutissent à un indice final d'attirance, traduction des multiples facettes de l'action d'une équipe municipale, chaque commune se positionnant toujours par rapport à l'indice 100. Ce n’est donc pas un classement !


Les lauréats. Pour l'édition 2009 sur la base des données comptables de 2004 à 2007, les Podiums des Municipalités ont été décernés dans l'ordre décroissant aux communes suivantes :

- plus de 20 000 habitants :
-services restitués : Grande-Synthe, Dunkerque, Croix-management : Saint-Pol-sur-Mer, Marcq-en-Baroeul, Hazebrouck-gestion : La Madeleine, Mons-en-Bareoul, Marcq-en-Baroeul-attirance : La Madeleine, Marcq-en-Baroeul, Mons-en-Baroeul

- de 10 000 à 20 000 habitants :
-services restitués : Gravelines, Saint-Amand-les-Eaux, Seclin-management : Saint-Amand-les-Eaux, Seclin, Douchy-les-Mines,-gestion: Bondues, Roncq, Seclin,-attirance : Bondues, Roncq, Seclin.

Il semblait logique que les entreprises s’intéressent à la santé des communes dans lesquelles elles ont leur activité et au bon usage des impôts locaux qu’elles versent. De surcroît, une commune se gère comme une entreprise, a les mêmes objectifs de services, à la différence qu’en cas de déséquilibre des comptes, en lieu et place de l’actionnaire, c’est le contribuable qui est appelé à le combler ! Pour que la mission d’observatoire de « O.D.I.S. » soit exhaustive, elle a confié les travaux d’analyse et de comparaison à sa voisine et comparse « E.S.C. »

Une collaboration qui ne s’est jamais démentie depuis la mise en ligne des résultats sur Internet.

Mise à jour le Dimanche, 03 Novembre 2019 12:56